renée morloc

alto

Renée Morloc - Amme - Frau ohne Schatten

AMME (Frau ohne Schatten)

calendar

 NEWS

Baboulenka (The Gambler / De Speler)

« Olryx » (21.6.2018, Soline Heurtebise)

"....Mais le rôle féminin de Renée Morloc suffirait presque à bâtir un spectacle, avec sa Grandma. Aux abords de l’hystérie, la diction est tranchée, le jeu vivant, truculent et la voix virtuose, tant et si bien qu’elle vole la vedette à ses homologues avec un panache redoutable....."

« classicagnda.it » (23.6.2018, Cinzia Rota)

"Renée Morloc, dans une horrible robe couleur marron-moquette-de-motel apporte le charisme et l’humour qui conviennent à son personnage, tandis qu’Eric Halfvarson, dont on apprécie la justesse et la largeur de la voix, incarne avec beaucoup de théâtralité le général se ridiculisant en tentant de satisfaire sa maitresse (une parfaite manipulatrice que Kai Rüütel rend avec sensualité et malice) et en poursuivant en vain l’héritage de la Babulenka."

« forumopera.fr » (13.6.2018, Laurent Bury)

"Renée Morloc est la plus truculente des Baboulinka ; on regrettera seulement qu’elle paraisse ici nettement plus jeune que le neveu qui guette son héritage."

« generaledellamusica.it » (21.6.2018, Alma Torretto )

"E bravissima il mezzosoprano Renée Morloc, divertentissima nella parte della “baboulinka”, che in russo significa "nonnina", di cui si aspetta la morte per conquistarne l’eredità e che invece entra in scena con una vitalità inaspettata."

« Cuttingedge.be » (14.06.208, Jan-Jakob Delanoye)

"......Renée Morloc incarneert Babulenka bovendien op de grens tussen humor en huivering – precies hoe het personage zich in het libretto manifesteert."......

Schumann „Paradies und die Peri“

Lohff "Requiem für einen polnischen Jungen"

 

 

Conductor: Frieder Bernius

Alto: Renée Morloc

Soprano: Gabriele Hierdeis

Ensemble:  Danubia Orchestra Óbuda

Chorus: Kammerchor Stuttgart

 

Strauss, Elektra (Klytämnestra)

april, 9. , 11. , 13. , 15. 2017

  REVIEWS

Elektra

« L‘opera online » (Antwerpen,12/09/2014)

...“La mezzo allemande Renée Morloc s‘avère non moins frappante que ses consoeurs: sa voix d‘airain présente les quelques felures nécessaires pour rendre l‘animalité blessée de cet etre terrassé par ses angoisses: ses cris comme ses rires ont certes une touche démoniaque, mais ses appels à l‘aide paraissent d‘autant plus sincères qu‘ils sont abordés d‘une voix rayonnante et comme rajeunie sous l‘effet de la terreur.”

more reviews about ELEKTRA on « reviews opera»

Sancta Susanna

« olryx.rtf »  (Paris, Bastille 30/11/2016)

“Renée Morloc incarne la soeur Klementia qui cherche à calmer et à sauver Susanna. Sa voix est généreuse, baissant la tête pour s’appuyer sur son socle vocal et la relevant légèrement pour aller dans l’aigu de son registre. Grâce à la longueur de son souffle, elle construit ses phrases. Elle donne de la vie à ses lignes avec un lent vibrato et en ménageant plusieurs crescendos rapides dans des demi-phrases. Klementia raconte à Susanna l’histoire de soeur Beata, emmurée vivante pour avoir succombé à la tentation charnelle avec le crucifix." ( Le 02.12.2016 )

more reviews about SANCTA SUSANNA on « reviews concert »

Golden coquerel / Der goldene Hahn

« onlineMerker »  (DOR Düsseldorf, 15/04/2016)

Das Publikum packt freilich stärker Renée Morloc in der Rolle der herrlich überdrehten Haushälterin Amelfa. Ist die Art und Weise, wie sie die zum Teil drastisch angelegte Rolle spielt und den gebratenen Hahn gegen den König schwingt, schon prächtig, so ist es ihr sonorer Mezzo nicht minder....

Mein persönliches Highlight war die Amelfa (Renée Morloc): urkomisch in der Mischung aus Gier, Gewissenlosigkeit und vulkanischem Temperament…"

Mahagonny

« ResMusica » (Antwerpen 24/06/2016)

Même chose pour la Leokadia de Renée Morloc, en troupe à Düsseldorf, vue dans Rusalka (prod.Herheim à la Monnaie) et dans la mère de Stolzius dans Die Soldaten à Salzbourg et à Milan (Production Hermanis). Un personnage incroyable de vivacité et de naturel, suant la vulgarité, avec une voix magnifiquement placée et une personnalité scénique prodigieuse. L’écriture de Weill est vraiment d’une grande subtilité pour les voix, entre des voix fortes et tonnantes et des voix exigeant des raffinements, des jeux de couleurs, des inflexions, et une vraie technique … ( 07 / 2016 )

Verdi Requiem

« Nürnberger Nachrichten » (20.01.2014)

"MESSA DA REQUIEM" in der Meistersinghalle"

"…Aber mit Renée Morloc auch eine Offenbarung, wie dieses „Requiem“ zu klingen hat: ein selten gewordener Belcanto-Alt in bester Verdi-Tradition, mit hervorragen-der Artikulation und wunderbarer lyrischer Versenkung. Wann immer sie singt, lässt sich Bosch auch ein berührend südliches Sternengeglitzerpiano abhandeln…

more reviews about MESSA DA REQUIEM on « reviews concert »

 

© Renée Morloc 2015 - 2018